Interlude I: Sous la Ville

Derrière son bureau, assis dans un fauteuil en bois sculpté, l’homme jouait avec un petit cristal brillant d’une lumière violacée, le faisant sauter avec le pouce puis le rattrapant dans sa main, et répétant le processus ainsi de suite.

Ses longs cheveux blancs tombaient sur ses épaules, dissimulant partiellement son visage fin.

Les yeux fermés, il semblait attendre quelque chose, ou méditer. Ses habits étaient classiques: étant donné l’endroit où il se trouvait, il préférait ne pas s’équiper de toute sa panoplie. Une tunique noire et un pantalon vert foncé venaient donc donner à ce beau garçon aux allures de prince une apparence plus banale, presque populaire.

Les murs en fer étaient recouverts de différents tableaux ou dissimulés derrière d’imposantes bibliothèques pleines à ras-bord de livres. Le tout donnait une ambiance presque chaleureuse à cette pièce pourtant délimitée par des parois métalliques.

La porte s’ouvrit doucement, laissant entrer un autre homme tout vêtu de noir, une cape sur les épaules mais la capuche jetée en arrière, dévoilant le visage d’une personne dans la quarantaine aux cheveux bruns bouclés complètement en bataille.

-Chef, je viens vous faire mon rapport.

Le jeune homme ouvrit lentement les paupières, dévoilant ses iris écarlates.

Il arrêta de jouer avec son cristal et le posa devant lui, sur son bureau. Il se replaça ensuite confortablement sur son siège et regarda l’autre homme droit dans les yeux.

-J’écoute.

Malgré cette invitation à parler, le type habillé en noir semblait hésiter.

Son interlocuteur comprit alors la situation et esquissa un sourire en coin.

-Je vois… Comme je le pensais, il n’était pas de taille…

L’autre secoua la tête.

-Il n’a pas eu la moindre chance… Même avec la dague il ne lui a infligé aucun dégât, et l’autre s’est d’abord débarrassé de lui comme si de rien n’était avant de le tuer en une fraction de seconde…

-Vous savez comment il s’y est pris?

L’espion haussa les épaules.

-Aucun observateur n’a vu le coup partir. De ce que nous avons pu relever, ce gosse se servirait d’une forme de télékinésie, mais rien n’est sûr. Cela pourrait également être de la manipulation élémentaire. Un contrôleur du vent, voire même de l’eau, qui utiliserait les liquides présents dans le corps de ses ennemis pour les attaquer de l’intérieur. Étant donné sa puissance, une telle prouesse n’est pas impossible.

Le jeune homme aux airs princiers soupira, soulagé.

-Donc on peut s’estimer heureux qu’il n’ait pas décidé de ravager l’endroit… Plus d’informations concernant ses motifs?

-Non, aucune. Nous ne savons toujours pas pourquoi il est venu ici, ni comment il s’est débrouillé pour entrer sans que personne ne le détecte. Rien n’a disparu, rien de notable n’a été détruit, et il n’aurait pas tué Bertolt si ce dernier n’avait pas fait du zèle. À part pour sauver ces deux filles, je ne vois pas ce qui l’aurait poussé à débarquer dans la ville. Et encore! Car le patron affirme qu’ils ne semblaient absolument pas se connaître…

-Oui et avec une puissance pareille, continua le jeune homme, il n’avait aucune raison de faire profil bas s’il savait exactement ce pour quoi il était venu… C’est comme s’il était tombé là par hasard…

L’homme mûr hocha de la tête.

-Et la théorie de l’agent envoyé par le royaume ne tient pas non-plus. S’ils avaient quelqu’un d’aussi fort sous leurs ordres, ils ne l’enverraient pas exécuter une tâche pareille, et ne seraient pas en position de faiblesse dans la guerre. (Il se gratta la tête) Ce gosse est un vrai mystère… Espérons qu’il ne s’avère pas être un obstacle…

-Au vu de ce qu’il s’est passé ici, je pense que tant que nous ne l’attaquons pas directement, il ne devrait pas s’en prendre à nous. Envoyez un espion sur leur trace. Ce sera suffisant pour le moment.

Le boss s’affala dans son fauteuil, débarrassé d’un poids.

-Et sinon, tout est prêt pour la mission d’aujourd’hui?, demanda-t-il, changeant de sujet.

-Oui, aucun problème. Gaïa participe également, afin de s’assurer de la réussite de la manoeuvre.

-Enfin une bonne nouvelle… Vous avez donc réussi à la contacter…

Il replongea son regard dans le cristal.

-Il n’est jamais plaisant de faire disparaître une enfant, mais elle est malheureusement trop gênante…

Le bel homme se parlait maintenant à lui-même.

-Tant d’idéaux et de volonté dans une si jeune personne… c’est magnifique… Dommage que cela perturbe ses objectifs…

Ses doigts se dirigèrent inconsciemment vers son front, qu’il commença à masser doucement. Un sceau légèrement différent de celui de Lyell et de la semi-renarde se mit à scintiller faiblement.

Un sourire triste s’empara des lèvres du jeune homme.

-Désolé… Tu ne mérites absolument pas ce qu’il va t’arriver…

Ce court monologue terminé, il posa la gemme sur son bureau et l’espion se retira sans un bruit, la mine basse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 14 =