Chapitre I: Après la vie

 

L’homme se redressa et ouvrit brusquement les yeux.

Blanc.

Ce fut le premier mot qui lui vint à l’esprit.

-Qu’est-ce que…?

Il regarda autour de lui: tout était blanc. Une étendue immaculée s’étalant à perte de vue. Si bien que, assis sur une chaise d’un noir profond, il n’arrivait même pas à savoir si cette dernière reposait sur un quelconque sol.

Il se déplaça au bord de son siège et tenta de poser ses pieds à terre, mais ils ne rencontrèrent que du vide.

L’homme sursauta et se cala tout au fond de son siège, agrippant fermement les accoudoirs.

Ok, là, ça sent mauvais…

Il n’avait aucune idée de là où il se trouvait, mais ce n’était sûrement pas un lieu ordinaire. Après tout, selon ses connaissances basiques de la pesanteur, une chaise ne devait pas flotter ainsi. De plus, il ne voyait aucun fil qui aurait pu servir à maintenir le siège en l’air, et il était bien trop stable pour que cette hypothèse tienne la route, de toute façon.

En fait, maintenant que j’y pense, je ne devrais même pas être quelque part en ce moment… Ou alors… C’est ça le paradis…?

Se rappelant sa situation, il se calma rapidement et scruta à nouveau les environs.

Mhhhh… Décevant.

Hormis sa chaise, il n’y avait strictement rien.

Allait-il devoir se contenter de rester assis pendant une éternité? Sa vie avait déjà été atroce, et il allait devoir vivre encore pire? Dieu était cruel…

S’il se trouvait bel et bien au paradis, cela constituait un problème. Après tout, l’unique chose qu’il avait attendu durant les dernières années de son existence, c’était le doux repos qu’on lui accorderait après sa mort. Alors si on le privait même de cela en le maintenant en vie sur une chaise sans rien à faire jusqu’à la fin des temps, il risquerait de rapidement péter les plombs.

Il secoua la tête pour chasser ces pensées.

Arrêtons d’être aussi pessimiste… Il doit bien avoir quelque chose à faire…

Après une courte réflexion, il se dit qu’il fallait peut-être qu’il pense fortement à une chose pour qu’elle se matérialise devant lui. D’après la brochure, l’au-delà, c’était sensé être plutôt sympa. Une fonction comme celle là devait être implantée si se déplacer au sein du paradis n’était pas possible. En tout cas, si ça avait été lui le responsable, elle l’aurait été.

Il ferma les yeux et se concentra… mais rien ne se passa.

Mhhhh… Peut-être qu’une arme à feu est un objet trop complexe… Essayons un truc plus simple.

Il essaya de faire apparaître un couteau, mais échoua à nouveau.

Bon, j’imagine qu’il ne me reste plus que l’autostrangulation…

C’est alors que, le coupant dans ses pensées morbides, une vive lumière se mit à briller devant lui. Il plissa les yeux, mais l’éclat était tellement puissant qu’il dû également mettre ses mains devant son visage.

Une voix résonna.

-Désolé pour le retard! J’espère que tu n’as pas trop paniqué!

-Ça peut aller, répondit l’homme, par contre, vous pouvez baisser votre luminosité?

-Ah oui, désolé! C’est juste que je ne peux pas vraiment te montrer mon visage, tu comprends? répondit l’autre en gloussant.

-Ça me gène pas de ne pas vous voir, mais j’apprécierais ne pas perdre la vue, si possible.

Le nouvel arrivant rigola doucement pour une raison inconnue.

La lumière émanant de son corps se fit plus faible, et l’homme put enfin regarder dans sa direction sans que ses rétines ne prennent feu. Il ne pouvait cependant toujours pas voir son faciès, mais il arrivait à deviner sa silhouette, qui semblait assise dans le vide.

L’homme ouvrit la bouche pour demander quelque chose, mais se fit couper avant même d’avoir pu prononcer un mot.

-Comme tu le sais déjà, tu es mort… mais je te propose un deal!

Pris au dépourvu par l’amorce incroyablement directe de son interlocuteur, il resta bouche bée.

-Un deal? Tu es le diable? finit-il par demander.

-Mais non, voyons… En plus, le diable n’existe pas. Non, je suis… ton créateur, j’imagine?

L’homme lui adressa un regard perplexe.

-Donc tu es Dieu?

L’autre fit non de la tête.

-Je préfère le terme de “créateur”. Je ne suis pas “Dieu” au sens où les religions de votre monde l’entendent. Je me suis contenté de créer votre univers, mais je n’y interviens pas.

La silhouette, le “créateur”, se pencha en avant, une main à côté de sa bouche, comme s’il voulait faire part d’un secret sans qu’un individu extérieur ne l’entende.

-Pour tout te dire, les prières des gens de votre monde ne me parviennent pas, elles ne parviennent à personne. C’est comme si un personnage de fiction tentait de communiquer avec son auteur, tu vois ce que je veux dire? C’est assez drôle de voir ces gens prier pour que je les sauve juste avant qu’ils se fassent abattre comme des chiens, ils sont tellement pathétiques!

Il rigola bruyamment, la tête jetée en arrière.

-Je…je vois…

Créateur, mon cul! C’est bien le diable, ce type! ou au moins un démon… Faut que je me barre d’ic… Hein?

Quelque chose l’avait interpellé dans le discours de son interlocuteur.

Auteur? Est-ce que ça veut dire que c’est à cause de cet enfoiré que…?

L’enfoiré en question le coupa dans ses pensées.

-Détrompe-toi. Je viens de te dire que je n’intervenais pas dans ton monde, pas vrai? Je ne suis pas responsable de ce qu’il t’est arrivé au long de ta vie.

Il porta sa main droite à son menton.

-Cela dit, il est vrai que l’analogie n’était pas très bonne.

Il s’éclaircit la voix, croisa les jambes et les bras et se lança dans une explication:

-En fait, je vous ai créés pour mon divertissement. Il y a des tas d’autres univers que celui dans lequel tu vivais, et chacuns d’entre eux est rempli d’histoires différentes dont vous êtes les acteurs. Mais je ne suis pas pour autant un auteur, car ce n’est pas moi qui décide de comment se déroule le scénario, ça ne serait pas drôle sinon.

L’homme resta silencieux. Il ne savait pas s’il devait croire ce type, mais en même temps, ce dernier n’avait aucune raison de lui mentir. Il ravala donc sa colère à contre-coeur: il aurait apprécié se défouler un peu.

-Pourquoi m’expliquer tout ça? C’est pas comme si ça me concernait… demanda-t-il.

Et puis, apprendre que j’existe uniquement pour le divertissement de quelqu’un d’autre n’est pas très plaisant…

-C’est là que tu te trompes! Si je te mets au parfum, ce n’est pas par pure cruauté!

Permets moi d’en douter…

-C’est en lien direct avec ce fameux deal que j’ai à te proposer, et il en vaut la peine, crois moi!

L’homme leva un sourcil dubitatif, ce qui fit pouffer le “créateur”, mais il reprit son explication rapidement.

-En fait, ce que je te propose, c’est tout simplement de te réincarner dans un autre univers, différent de celui dans lequel tu étais auparavant. (Il écarta les bras) De t’offrir une nouvelle vie, en somme, ajouta-t-il d’un ton enjoué.

Pourtant, l’homme se contenta de soupirer, et, visiblement déçu de l’offre, posa sa joue dans la paume de sa main gauche et regarda à sa droite dans le blanc infini, clairement dépité.

-T’es sûr de bien avoir visionné ma vie? Qu’est ce qui te ferais croire que j’ai envie de renaître pour vivre la même chose? lâcha-t-il sèchement.

Rien que de penser à son ancienne vie, cela lui mettait les nerfs à vif. En fait, le seul regret qu’il avait maintenant qu’il était mort, c’était qu’il ne pourrait jamais se venger des gens qui lui avaient pourri la vie, qui l’avaient trahi, qui l’avaient abandonné. À la limite, être réincarné dans la même monde pour pouvoir leur faire payer, ça aurait été tentant, mais revivre exactement la même chose dans un univers différent, non merci.

-Tu es sacrément pessimiste, répondit simplement son interlocuteur d’un ton amusé, mais ne t’en fais pas, je peux t’assurer que ça se passera différemment cette fois.

L’homme redirigea son regard vers le “créateur”, intrigué. Ce dernier leva un doigt et dit:

-Pour ce nouveau départ, je te ferai une fleur: tu deviendras l’être humain ultime. Une force monumentale, un charisme fou et une connaissance totale de la magie de ce monde! Personne ne t’arrivera à la cheville et tout sera à ta portée: argent, célébrité, femmes… Bref, une vie de rêve!

L’homme baissa légèrement les yeux et pris son menton entre son pouce et son index, l’air pensif.

Ça pourrait être intéressant, en effet…

Après tout, s’il devenait une sorte d’être tout puissant, personne ne pourrait lui faire de coup fourré, et même si quelqu’un décidait de le faire, il serait en mesure de le supprimer sans peine, plutôt que de se contenter de subir comme dans sa vie précédente. Une bonne occasion de profiter de la vie, ce qu’il n’avait pas pu faire dans son monde, alors que cela aurait dû lui revenir de droit.

Sans oublier qu’apparemment, on pouvait utiliser de la magie dans cet autre monde. Son âme d’enfant s’enflammait rien qu’à l’idée de pouvoir balancer de grosses boules de feu sur des méchants.

Cela dit…

-J’ai bien compris ce que tu me proposes, mais il s’agit d’un deal selon tes dires… Qu’est-ce-que tu y gagnes, toi, à me ressusciter?

Il était bien placé pour savoir que rien ne s’obtenait gratuitement. Surtout dans ce genre de situation. Quand une personne vous rendait un service sans rien attendre en retour, il fallait généralement s’en méfier, car même dans l’éventualité où ce serait vrai sur le moment, cette personne n’hésiterait pas à vous balancer cet acte de bonté au visage pour se servir de vous lorsque l’occasion se présenterait.

Cependant, au-delà de cette philosophie, quelque chose d’autre le forçait à poser cette question: qu’est-ce qu’un être supérieur pourrait bien tirer de la réincarnation d’un simple humain?

-Pour tout te dire, ta vie a été l’une des plus divertissantes à mon goût, répondit le “créateur”, Ce que je te propose ici est une sorte de cadeau pour m’avoir bien amusé pendant ta courte existence. Et avec un peu de chance, cette nouvelle aventure que tu vas vivre sera tout aussi intéressante à regarder que l’autre. Je n’y gagne rien dans l’immédiat, c’est une sorte de pari sur l’avenir. Un investissement, si tu préfères.

Le fait que ses malheurs avaient procuré de l’amusement à ce dégénéré le rendait particulièrement amer. Cependant, si ce type était bel et bien une sorte de dieu, s’énerver contre lui n’aurait aucun sens: leurs valeurs étaient sans doute trop différentes.

Il arriva donc à la conclusion qu’il fallait mieux qu’il se contente de se taire et qu’il accepte la proposition avant qu’elle ne soit plus disponible: ce type n’allait pas s’attarder sur lui s’il refusait ou s’il tergiversait.

Il acquiesça doucement de la tête.

-Dans ce cas… J’accepte.

Le “créateur” joignit ses mains avec un claquement: il devait sûrement arborer un sourire satisfait.

-Parfait! Si tu as quelque chose à me demander après ta réincarnation, pense très fort au mot “créateur”, et je te répondrai. (Il porta son index et son majeur à son front en signe de salut) Bon voyage!

L’homme aurait voulu lui poser des questions concernant le monde dans lequel il allait apparaître, ainsi que l’étendue réelle de ses pouvoirs et de sa puissance une fois là-bas, mais il n’en eu pas le temps, et il se sentit partir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 6 =